3 mai 1936 : Victoire du Front populaire

DR

Acté en 1934 et motivé en grande partie par la montée du péril fasciste, le Front populaire est l’alliance électorale entre la SFIO, le Parti communiste et le Parti radical-socialiste. Cette union de la gauche parvient au pouvoir suite aux élections législatives de mai 1936. Léon Blum qui est à la tête de la formation comptant le plus de députés devient le président du conseil. Le parti communiste qui soutient le gouvernement Blum refuse cependant d’y participer. Rapidement confronté à de nombreuses grèves, le gouvernement Blum négociera avec les partenaires sociaux et naîtront ainsi les accords de Matignon du 7 juin qui recommandent la conclusion de conventions collectives du travail, le relèvement des salaires, la reconnaissance de la liberté syndicale ou encore la mise en place de délégués ouvriers. De l’action du Front populaire découleront d’autres avancées sociales comme les congés payés (deux semaines par an) et la semaine de 40 heures (au lieu de 48 heures). Ces avancées s’accompagnent d’une véritable ambition culturelle et éducative qui se traduit par le prolongement de la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans et la création d’un sous-secrétariat aux Sports et aux Loisirs confié à Léo Lagrange.

En complément :

Le Front populaire dans toutes ses dimensions, par ALAIN BERGOUNIOUX, Article paru dans L’OURS n°460, juillet-août 2016, page 7

Sur le site de la Fondation Jean Jaurès :

Les articles sur le Front Populaire