Berder 2007

Paul Paboeuf à Berder Organisée en collaboration entre la Fédération du Parti socialiste du Morbihan et la section de Vannes, cette journée de débat et de formation est traditionnellement introduite par Nicolas Le Quintrec – Secrétaire de la section de Vannes et Paul Paboeuf – Président de Démocratie & Projets 56 et Maire de Questembert.

En mars prochain, nos concitoyens seront amenés à choisir le modèle de développement local qu’ils souhaitent pour leur commune et pour leur canton. C’est l’un des tous premiers enjeux électoraux que nous aurons à relever.

Le territoire est un bien collectif et les axes de son développement sont à la fois locaux et globaux : maîtriser l’étalement urbain, rechercher l’efficacité énergétique, privilégier les transports alternatifs à la voiture, autant de défis auxquels s’ajoute l’impérieuse nécessité de produire, d’entreprendre, de consommer et d’épargner autrement. En résumer, agir pour un nouveau mode de croissance. C’est pour cela que sa gestion impose la participation de tous.

Dans un monde déréglementé, mondialisé, il importe surtout de privilégier le vivant dans sa dimension sociale et écologique. L’homme et les ressources naturelles ne doivent plus être sacrifiés à la seule logique du profit et de la compétitivité.

le QuintrecC’est pourquoi, il nous faut dénoncer la gouvernance des tenants du libéralisme qui se contentent d’accompagner le marché, ce qui conduit inévitablement à de fortes fractures sociales, territoriales et environnementales comme à Vannes où il est plus difficile de créer un parc naturel que de construire un parking souterrain dans le port. Nous ne pouvons plus accepter de subir la ville. Nous devons adopter un interventionnisme éclairé et partenarial dans le cadre d’une démarche prospective.

Prospective et participation sont donc, à mon sens, au centre des réflexions de cette journée. Ils constituent les deux piliers d’un projet de territoire et de démocratie locale.

Chaque Ville, chaque département, doit réintroduire dans sa pratique de l’exercice du pouvoir une fonction prospective seul moyen pour éclairer les décisions publiques qui engagent parfois des choix irréversibles.

Au plan économique, tout d’abord, il faut compter avec le territoire local pour être compétitif et durable dans une économie globalisée. Il est donc impératif de réconcilier l’éthique avec la performance économique en s’engageant dans la voie de la Responsabilité Sociale et Environnementale des Entreprises. Il ne s’agit pas de les prendre en otage mais de les associer à cet élan citoyen.

berder2007

Le rôle d’une Collectivité locale est aussi d’installer un cercle vertueux qui replace l’Etre humain et la nature au cœur des préoccupations. Pour cela, il faut promouvoir une diversité de « l’agir économique » au centre de l’action publique. C’est, cette question qui sera traitée avec Joseph MERLET dans l’atelier A.

Au plan éducatif et citoyen, certains pensent que tout est programmé à l’avance, génétiquement, et qu’il suffit d’un dépistage précoce des comportements à risque pour traiter et guérir le déviant, l’asocial. Cette conception libérale consiste à rendre chacun individuellement responsable de son sort, de ses échecs ou de sa réussite indépendamment du milieu dans lequel il vit.

Pour nous, l’égalité des chances ne peut se concevoir sur les seules capacités de la personne. Elle est l’affaire de tous et, en particulier, de la commune et du département. C’est pour cette raison que nous devons privilégier une articulation optimale des interventions sur le terrain entre projet éducatif et politique de la ville. C’est la problématique étudiée dans l’atelier B avec Chafik HBILA.

Au plan de la maîtrise du territoire local, il faut rechercher les compromis qui mixtent l’aménagement des espaces et la cohérence des fonctions urbaines, les exigences économiques et la cohésion sociale. Le projet de territoire se fonde donc sur une complémentarité entre le rural, le littoral et l’urbain. C’est un jeu subtil d’équilibre qui doit répondre aux aspirations du présent et préserver celles des générations futures.

L’aménagement durable du territoire local implique une vision prospective et une réelle volonté politique pour maîtriser le développement, penser dans le temps et l’espace les évolutions économiques, démographiques et sociales et imposer la transversalité de l’enjeu écologique. A l’instar de Rennes-Métropole, il convient d’engager une réflexion globale sur les formes et les fonctions de la ville. C’est ce que je vous invite à commencer dans l’atelier C avec André GALL.

Au plan de la diversité culturelle, il est primordial de promouvoir la citoyenneté autour d’espaces et de pratiques qui permettent à chacun d’exprimer sa singularité et aux habitants de se retrouver, de construire ensemble des lieux et des temps nouveaux de sociabilité. Dans cette optique, il convient de ne plus faire un usage comptable de la culture mais bien de promouvoir sa perspective créative, émancipatrice, ludique ou éducative.

De l’audace pour la culture, voilà ce dont la collectivité a besoin. Miser sur la richesse humaine et artistique locales contribuera au rayonnement et à la cohésion sociale du territoire. La culture est au cœur de l’humanité. Elle est le support du vivre ensemble et la clé de l’ouverture et de la compréhension du monde. Avec Charles Edouard FICHET, nous allons approfondir cet enjeu dans l’atelier D.

Je termine mon propos sur la question de la participation et, plus généralement, de la place de la démocratie locale sujet transversal à tous les thèmes de la journée.

La démocratie locale doit être pensée comme condition et aboutissement de toute action politique dans sa dimension prospective et comme ciment d’une cohésion sociale refondée où la place de chacun est reconnue.

Je crois qu’il est temps de clore l’ère de l’opacité et du clientélisme en œuvre dans de nombreuses communes, à l’instar de celle de Vannes, afin de mettre en mouvement la société locale.

La ville n’a pas vocation à régenter la vie de ses habitants ou celle des acteurs privés ou publics. Mais, elle est la mieux placée pour animer et instituer une gouvernance participative sans négliger qui que ce soit.

Au plan territorial, il s’agit de promouvoir un modèle partenarial de gouvernance sur la base de 3 contrats :
– Contrat municipal ou départemental où les forces vives seront considérées comme partenaires à part entière, co-animateurs des politiques publiques ;
– Contrat de quartier ou de proximité qui reconnaît ces espaces comme de véritables viviers de projets et d’expérimentations répondant au plus près du vécu de nos concitoyens ;
– Contrat intercommunal parce que nous sommes toujours plus forts à plusieurs pour réorienter le modèle de développement local.

Cette gouvernance stratège est la clé de l’agir et du vivre ensemble du 21ème siècle qui sera illustrée cette après midi avec Odette HERVIAUX et Yves LEBAHY.

Nicolas Le Quintrec
Secrétaire de la section de Vannes
Secrétaire fédéral

 

A cinq mois des élections municipales et cantonales, cette journée de réflexion doit nous permettre de partager nos savoirs, nos expériences et nos réflexions. Et d’abord, poser clairement le débat bilan contre bilan, projet contre projet, ce que peut-être nous n’avons pas su faire assez nettement pour la présidentielle : le candidat de droite a réussi à faire croire qu’il n’avait aucune responsabilité dans le bilan de la droite depuis 2002 et nous ne sommes pas appuyés sur les résultats obtenus par le gouvernement de gauche pour les cinq années précédentes, ni sur les réussites des équipes de gauche qui conduisent les politiques des Régions, des Départements et des Communes.

Les quatre ateliers thématiques de ce matin, la conférence de cet après-midi, vont nous aider à analyser le bilan de notre action et à préparer notre projet. Qu’avons-nous fait en matière de développement économique, de politique éducative, de politique culturelle, qu’avons-nous fait pour la maîtrise foncière et le logement ? En quoi notre façon de conduire la politique locale nous distingue-t-elle des pratiques de la droite?

Alors je vous invite, pour la méthode, à participer activement à cette journée : apportez vos contributions, elles seront riches pour tout le monde, mais n’oubliez pas de noter dans les marges de vos feuilles vos réflexions sur ce qui se passe dans votre commune, dans votre canton. Cela vous permettra d’évaluer le bilan, le vôtre, celui de vos concurrents, et d’élaborer votre projet et de préparer la victoire au mois de mars prochain.


Paul Paboeuf
Secrétaire fédéral à la Formation
Président de Démocratie et Projets 56

 

 Propos introductif de Paul PABOEUF
A la hauteur des enjeux de 2008,

Paul Paboeuf

Paul Paboeuf

A cinq mois des élections municipales et cantonales, cette journée de réflexion doit nous permettre de partager nos savoirs, nos expériences et nos réflexions. Et d’abord, poser clairement le débat bilan contre bilan, projet contre projet, ce que peut-être nous n’avons pas su faire assez nettement pour la présidentielle : le candidat de droite a réussi à faire croire qu’il n’avait aucune responsabilité dans le bilan de la droite depuis 2002 et nous ne sommes pas appuyés sur les résultats obtenus par le gouvernement de gauche pour les cinq années précédentes, ni sur les réussites des équipes de gauche qui conduisent les politiques des Régions, des Départements et des Communes.

Les quatre ateliers thématiques de ce matin, la conférence de cet après-midi, vont nous aider à analyser le bilan de notre action et à préparer notre projet. Qu’avons-nous fait en matière de développement économique, de politique éducative, de politique culturelle, qu’avons-nous fait pour la maîtrise foncière et le logement ? En quoi notre façon de conduire la politique locale nous distingue-t-elle des pratiques de la droite?

Alors je vous invite, pour la méthode, à participer activement à cette journée : apportez vos contributions, elles seront riches pour tout le monde, mais n’oubliez pas de noter dans les marges de vos feuilles vos réflexions sur ce qui se passe dans votre commune, dans votre canton. Cela vous permettra d’évaluer le bilan, le vôtre, celui de vos concurrents, et d’élaborer votre projet et de préparer la victoire au mois de mars prochain.


Paul Paboeuf
Secrétaire fédéral à la Formation
Président de Démocratie et Projets 56

+ Articles associés
Publié dans Histoire et avec comme mots clés .