Dominique Le Vouedec : « Reconstruire de nouvelles bases politiques, stratégiques et opérationnelles plus affirmées à gauche »

 

 

Comment passe t’on à l’Agglomération de la majorité à l’opposition ? Dans quel état d’esprit se retrouve t’on ?

Entre les élections municipales du 28 juin 2021 et l’installation du Conseil communautaire le 16 juillet, nous avons disposé de très peu de temps pour nous organiser. Après quelques contacts croisés, plusieurs élus communautaires, nouveaux et anciens, se sont retrouvés sur des valeurs de gauche et écologiques. Une dynamique, voire une force, s’est révélée pour créer un groupe de 15 élus issus des communes rurales, littorales et urbaines. Celui-ci a voulu marquer d’emblée le nouveau Conseil de son empreinte en proposant ma candidature à la présidence. Avec ce groupe d’origines diverses, face à une assemblée largement majoritaire à droite et au centre, nous nous sommes fixés pour mission de reconstruire de nouvelles bases politiques, stratégiques et opérationnelles pour notre agglomération, plus affirmés et assumés à gauche.

Peux-tu nous résumer le bilan de la majorité sortante conduite par Norbert Métairie ?

La fusion entre CAP Lorient et la Communauté de communes de Plouay me semble résumer ce mandat. Elle aura marqué une dimension plus rurale de l’agglomération, ce qui a constitué un plus dans l’approche de la diversité de notre territoire. Elle a été complexe et compliquée à mettre en œuvre. Nous pouvons affirmer aujourd’hui qu’elle est aboutie. Les élus de l’époque des six nouvelles communes ont rapidement compris que ce qui leur était proposé était un accès de leur population à une gamme de services de grande qualité dans les domaines des transports, de la collecte des déchets, de la distribution de l’eau, de l’amélioration de l’habitat. Ils ont pu bénéficier également de compétences et de conseils par des services de très haut niveau en matière d’urbanisme ou encore d’environnement. Nous laissons à cette nouvelle majorité une situation financière très saine qui lui permet aujourd’hui d’affronter la crise économique avec des marges de manœuvre, ce qui a été confirmé dans le rapport de la Cour des comptes. Je regrette cependant que nous ne soyons pas allés plus loin sur les questions des jeunes et sur des réponses plus adaptées à des spécificités territoriales telles que la ruralité, à l’accès aux services des personnes en difficulté, l’économie sociale et solidaire ; en quelque sorte, les problématiques de justice sociale et d’accès de tous aux services, quel que soit leur situation.

Quelles ambitions et valeurs animent votre groupe ?

Notre sujet principal est « l’Agglomération et ses services à toute la population ». C’est pourquoi, nous nous voulons pragmatiques. Nous sommes très présents dans les commissions, les organismes extérieurs et bien sur le Conseil communautaire. Nos interventions et positions sont guidées par des valeurs d’équité, de solidarité et de progrès avec cette dimension transversale de la transition écologique.

Ce qui signifie que nous nous attachons à vérifier si les propositions qui nous sont présentées par la majorité sont d’une part, cohérentes et transparentes, et d’autre part ne touchent pas à des velléités clientélistes en ne concernant qu’une seule catégorie de population (ce qui a déjà été le cas avec les tickets de bus) ou ne privilégie pas une commune par rapport à d’autres (ce qui est aussi déjà apparu). Nous relevons également toutes les décisions prises et communications faites pour en faire l’évaluation, le moment venu avec un indicateur principal : En quoi la vie quotidienne de nos concitoyens s’est améliorée ?

Vous avez annoncé l’élaboration d’un contre-projet de territoire. Peux-tu en dire plus à ce propos ?

La majorité avait annoncé le début des travaux en septembre 2020. Nous avions alors affirmé notre volonté d’en être partie prenante. Cette intention demeure et c’est pourquoi nous avons accepté d’intégrer le comité de pilotage. Face aux tergiversations de la majorité, nous avons décidé, à la fin de l’année, d’engager notre propre réflexion, non pas pour élaborer un contre-projet, mais pour avancer nos idées et faire valoir nos valeurs. Cette démarche est en cours. Notre cadre de réflexion est défini. Nous voulons maintenant le partager et l’enrichir avec d’autres élus, des experts et des citoyens. Là aussi, la dynamique élargie est engagée. Nous la voulons plus large et plus durable que le seul projet de territoire pour être toujours au plus près des besoins des citoyens et aussi préparer l’avenir.

Comment analyses-tu les premiers pas de la Droite ?

Depuis juillet, les premières décisions significatives ont porté sur l’accompagnement des dispositifs nationaux et régionaux mis en place face à la crise économique. Le premier débat d’orientation budgétaire 2021 a eu lieu le 2 février 2021. Nous l’avons qualifié de « Pépère » tant il ne fait qu’égrainer une liste d’investissements sans lien et sans ambition affichée, ou pour le moins d’intentions. Nous sommes donc dans l’attente. Il y a un seul domaine où nous avons relevé de nettes avancées. C’est celui de la communication, tant en terme de moyens humains, que de nombre de déclarations dans la presse locale. Là aussi, il faudra tenir les engagements sur lesquels les citoyens ne s’y tromperont pas.

 

Propos recueillis par Kevin Alleno

EN COMPLÉMENT :

L’opposition à l’Agglo lance son projet alternatif de territoire, Le Télégramme, 4 Novembre 2020

Gâvres. Victoire confortable pour Dominique Le Vouedec, Ouest-France, 18 mars 2020