Écologie : Le pouvoir des algues !

Crédits : DR

Pour relever le défi climatique, la créativité et la diversification des énergies alternatives sont indispensables pour irriguer nos futures politiques environnementales. Si l'on évoque de plus en plus l'apport du photovoltaïque ou de l'éolien en mer, le salut pourrait venir également d'une autre ressource marine : l'algue. Ou pour être plus précis : des micro-algues. Comme tout végétal, elles consomment du CO2 pour rejeter de l'oxygène. Leurs capacités de photosynthèse sont mêmes plus importantes que celles des plantes terrestres. Dans un second temps leur fermentation peut aussi produire un biogaz. Convaincus par ces éléments, plusieurs territoires ont lancé des dispositifs à base de micro algues.

Une performance de photosynthèse très intéressante

C'est le cas de Paris qui expérimente des « puits de carbone » à base d'algues. Le principe est simple : on érige des colonnes Morris remplies d'eau dans lesquelles baignent des migro-algues. Lesquelles sont chargées de capter le CO2 et de rejeter de l'oxygène pour améliorer la qualité de l'air. Une colonne comme cela dispose d'une capacité de captation du CO2 équivalente à celle de 100 arbres ! Le dispositif recycle ensuite les algues mortes en les envoyant vers une station d'épuration où leur fermentation permettra la création de biométhane qui viendra alimenter le réseau de gaz de ville.

Un dispositif applicable aux logements

La ville d'Hambourg a, elle, adapté ce système à un immeuble. Les algues sont ainsi mises dans les volets de l'immeuble, améliorent la qualité de l'air et grâce à l'énergie emmagazinée non consommée par la photosynthèse elles permettent au bâtiment de récupérer la chaleur dégagée pour se chauffer. Une fois mortes, les micro-algues sont également récoltées pour être transformées en biomasse qui servira à chauffer le bâtiment. Ce dispositif permet aussi aux locataires de l'immeuble de faire des économies drastiques sur leurs factures de chauffage et d'électricité en régulant de manière optimale la température tout au long de l'année. Comme quoi, l'on peut très bien allier l'écologie à une démarche sociale pour peu qu'on s'en donne la peine et que l'on fasse preuve d'un peu d'imagination.

Des applications diverses

Mais les potentialités des algues ne s'arrêtent pas là. Les scientifiques travaillent, en effet, sur de nombreuses autres applications. Certains explorent la capacité des micro-algues à produire une huile aux propriétés analogues au pétrole, la pollution en moins. Un espoir qui a notamment attiré Exxon Mobil, bien que la production industrielle ne soit pas escomptée avant 25 ans. D'autres scientifiques explorent les capacités nettoyantes des micro-algues, c'est à dire leur faculté à absorber nitrates et phosphates. Ce qui laisse augurer des avancées considérables dans le domaine de la dépollution aquatique. On le voit, le potentiel est là et les applications multiples. Il ne reste plus au politique qu'à s'emparer de ces outils.

Kevin ALLENO

 

EN COMPLÉMENT :

 

https://twitter.com/bibliothequeBSI/status/1016311052722757632

Microalgues: les coulisses d’une révolution, Le journal du CNRS, article d'Elizabeth Jacquinot

Et pour la capture du CO2, c'est Morris !, Article d'Erwan Lecomte paru dans Sciences et Avenir, 28 avril 2017

A Hambourg, la «maison aux algues» produit sa propre chaleur, Article paru dans Le Temps, 20 septembre 2013

Des micro-algues photosensibles pour produire du pétrole synthétique…, Article paru dans l'Energeek, 14 septembre 2017

Spiruline : un superaliment, vraiment ?, Article de Pauline Vallée paru dans We Demain, 6 Novembre 2018