Election du Premier secrétaire fédéral

 

GRND

 

 

 

Gwendal Rouillard réélu avec 72,94 % (601 voix) contre 27.06 % (223 voix) pour Nicolas Debéthune.

A l’issue du Congrès départemental de Locoal-Mendon, deux candidatures au poste de Premier secrétaire fédéral ont été déposées : celle de Gwendal Rouillard au titre de la motion A et celle de Nicolas Debéthune au titre de la motion C. Les militants sont invités à se pronconer le 20 novembre, de 17h à 22h dans toutes les sections du Morbihan, ainsi que sur les candidatures au poste de Premier secrétaire national et au poste de Secrétaire de section.

Parti socialiste morbihannais : La rénovation en pratique

Cher(e) camarade,

Depuis 5 ans, j’ai l’honneur d’animer notre Fédération avec des équipes dynamiques etrenouvelées. Nous sommes mobilisés pour atteindre plusieurs objectifs : donner une crédibilité au Parti socialiste morbihannais, en faire un laboratoire d’idées grâce au creuset des militants et au dialogue avec les acteurs sociaux, convaincre sur nos valeurs toujours plus de Morbihannais, conquérir en fédérant les partenaires de la Gauche gouvernementale, développer l’outil formation, renouveler les responsables et les candidats en respectant notamment la parité et l’intergénération, mettre en œuvre une stratégie offensive de communication et permettre une ambiance conviviale.

Au-delà des discours, nous proposons de poursuivre et d’amplifier la rénovation que nous mettons en pratique depuis 2003. Nous fixons ainsi, avec la nouvelle équipe, trois priorités :

– anticiper davantage la préparation des prochaines élections : animation du réseau des élus socialistes et progressistes avec DémocratieetProjets56 présidée par Paul Paboeuf (sénatoriales 2011), élection prochaine des 6 animateurs de circonscription (législatives 2012) et bien sûr formulation de propositions en lien avec syndicats, associations et autres acteurs (pour les élections européennes 2009, régionales 2010 et cantonales 2011). Les enjeux sont clairs : toujours progresser en voix (l’écart de voix en faveur de la Droite est passé de 41000 voix en 2002 à 10000 voix en 2007), gagner une nouvelle fois la Région Bretagne, conquérir la majorité au Conseil général et garder le siège de sénateur exercée par Odette Herviaux (combat difficile suite au changement du mode de scrutin).

– développer l’offre de formation aux militants et aux élus (minoritaires etmajoritaires) : secteur Formation renforcé humainement et matériellement, lien approfondi avec Démocratie et Projets 56 et développement des outils de formation comme l’Université de Berder en partenariat avec la section de Vannes, Université permanente (promotion annuelle avec modules théoriques et pratiques), sessions spécifiques (finances…).

– conforter les liens entre la Fédération et les sections : plus forte disponibilité des secrétaires fédéraux, dynamisation partagée du Conseil fédéral (implication des sections), formation spécifique pour les secrétaires et trésoriers de section (animation, communication, finances…) et régularité des rencontres avec les responsables de section (stratégie politique, organisation…).

Ces axes de travail doivent nous permettre de toujours progresser car la tâche reste importante. Comme au niveau national, nous souhaitons qu’une majorité réformiste, européenne et décentralisatrice puisse les mettre en œuvre dans le Morbihan. Pour cela, j’ai l’honneur de solliciter ta confiance pour l’élection du 20 novembre au poste de premier secrétaire fédéral.

Avec mes chaleureuses salutations.

Gwendal Rouillard
Premier secrétaire fédéral sortant
Motion A / Delanoë
Section de Lorient

C’est par et autour de notre parti que se construira l’alternance.

Cher(e)s camarades,

Pour notre pays, pour nos concitoyens, pour la jeunesse de ce pays, il y a une urgence sociale à battre la droite.
Le fonctionnement du Parti doit profondément se renouveler. Il doit se renforcer, retrouver son électorat populaire, retrouver une vraie dynamique…

Pour un Parti Socialiste populaire
Le Parti Socialiste, parti de la Gauche a pour vocation de représenter toutes celles et ceux qui vivent de leur travail. Il se doit de créer une dynamique d’adhésions d’eux.

Pour un Parti Socialiste de reconquête… des idées.
Le Parti Socialiste est trop souvent présenté, et il se comporte aussi parfois, comme le cartel des élus. Il doit retrouver sa force de proposer et surtout sa capacité à organiser le débat politique autour de ses idées.
Le débat idéologique s’impose autour des thèmes de la droite (liberté du marché, flexibilité, inégalité sociale) ? Nous devons reconquérir le terrain des idées afin de pouvoir tenir un discours audible et afficher clairement une politique de rupture, la volonté de construire d’une nouvelle solidarité sociale.

Pour une formation accrue des militants.
Préalable à toute réflexion et à tout débat, un accès renforcé à la formation pour tous les militants est nécessaire afin de leur permettre une meilleure appréhension des enjeux, et de mieux les préparer à argumenter. On ne peut soutenir que ce que l’on a bien compris.
Des conférences thématiques populaires devront être régulièrement proposées, notamment pour accompagner les sections plus fragiles qui peinent à trouver les ressources de leur formation.

Pour organiser le débat comme espace de rencontre et d’élaboration collective.
Fondement de la structure du parti, la rencontre des militants doit être le terreau des idées qu’il portera ensuite.
A ce titre, le débat au sein des sections et de la fédération doit trouver toute sa place afin d’être davantage en phase avec les préoccupations des citoyens.
La confrontation autour de la fiscalité et la redistribution des richesses, du rôle de l’Etat ou encore de la construction Européenne par exemple, doit permettre de dégager une vision rénovée des attentes de la base militante sur des sujets aussi cruciaux.
Des rencontres régulières avec les élus permettront de conserver le lien qui ne doit pas se rompre entre les idées et les actions.

Pour un parti à l’écoute du mouvement social.
Une participation accrue à la vie locale, un accompagnement permanent des salariés dans leur lutte contre la précarité, un devoir de soutien et de présence sur tous les lieux de conflits sociaux doivent nous permettre de mieux nous immerger au coeur des problèmes et des attentes de notre électorat.
Enfin des rencontres régulières entre les militants des sections et les acteurs associatifs doivent aussi être encouragés, les revendications qu’ils portent devant être entendues.

Ensemble, faisons de notre fédération un instrument de reconquête.
Répondons à l’urgence sociale en faisant de notre parti, un parti populaire, le parti de la solidarité.

Nicolas Debéthune
Motion C / Hamon
Section de Belz

Posted in Non classé.