Le RN : Une supercherie républicaine

Le propre de l’extrême-droite a toujours été de se nourrir des renoncements des autres. C’est ce que fait le Rassemblement national en surfant sur les insuffisances éthiques et républicaines de ses adversaires. Le tout en réussissant à cacher ses propres turpitudes.

« Parti le plus poursuivi de France »

Dans une démocratie étourdie, où les partis de gouvernement n’ont pas toujours - loin de là- été irréprochables, le Front national a surfé sur le slogan du « tous pourris ». Les scandales du financement du RPR et du PS dans les années 90, les affaires Cahuzac, Bygmalion etc... ont constitué autant de carburants pour abreuver le moteur du FN. Dans le même temps, le parti fondé par Jean-Marie Le Pen agissait de même. On se souvient à cet égard des affaires qui éclatèrent dans les années 90 concernant les maires FN. Il y eût à côté d’autres scandales au point que Le Canard Enchaîné rappela dans un article de février 2017 que le FN était le parti le plus poursuivi de France. Entre l’affaire du micro-parti de Marine Le Pen, les emplois fictifs d’assistants au Parlement européen, le recrutement de membres de la famille Le Pen à ce genre de postes et la procédure judiciaire concernant l’argent présumé caché en suisse du patriarche, on peut dire que la PME Le Pen a le don d’attirer les juges d'instruction.

Un parti népotique au fonctionnement aristocratique

En dépit de toutes ces affaires, le RN continue, avec un certain succès, à dénoncer la corruption de ses adversaires. Il est vrai que ceux-ci donnent le bâton pour se faire battre. Le cas Delevoye étant le dernier exemple en date. Cette supercherie éthique du RN s’observe aussi sur la défense du peuple. Marine Le Pen se pose ainsi en défenseure des classes populaires alors même qu’elle est une héritière. En outre, son parti connaît un fonctionnement éminemment aristocratique et népotique, où il faut se nommer Le Pen pour espérer occuper le siège suprême. Les nominations aux postes importants sont aussi le fait du Prince, ou plutôt de la Princesse, avec le risque de disgrâce comme dans toute Cour qui se respecte. Florian Philippot peut d’ailleurs en témoigner.

Un parti non républicain

Enfin, la troisième supercherie concerne les principes républicains. Si le RN respecte la loi de la majorité et donc la démocratie, il n’en est pas de même s’agissant de la République. Celle-ci renvoie à un système de valeurs résumé par sa devise : Liberté, Égalité, Fraternité. A ces trois principes se rajoute celui de laïcité sur lequel le parti des Le Pen a tenté une vaste OPA. Or, celle-ci n’est envisagée que pour stigmatiser les Musulmans. Car dès lors qu’il s’agit du christianisme, ce parti reprend rapidement le vocabulaire Maurassien en vilipendant les « laïcards ». N’ayant pas une politique très fraternelle ni très universaliste, le RN développe aussi une vision de l’égalité et de la liberté inquiétante. Face à l’abandon de principes républicains par certains, il a été facile pour l’extrême-droite de s’en emparer pour ensuite les dévoyer. Aux adversaires du RN de ne pas laisser cette supercherie s’opérer. Olivier Faure a bien engagé le processus en rappelant haut et fort en décembre dernier la place fondamentale de la laïcité au sein de l’édifice républicain. Un combat sur les valeurs républicaines qu'il faut impérativement poursuivre!

Kevin Alleno

En complément : 

 

Le FN est le parti le plus poursuivi de France, Les Inrocks, Février 2017