« Il faut proposer une quête de sens à la société »

Voici un extrait du discours de Loïg Chesnais-Girard lors de la dernière session régionale en décembre dernier.

Je suis d'une génération qui a été élevée dans le culte de la performance et de la réussite permanente pour aller vers la compétitivité. Nous devons nous poser la question du pendant de tout cela, de la situation qui fait que l’on se retrouve dans une société mettant en avant une forme de culte de la performance, d'ambition permanente de plus consommer, de plus amasser, de plus développer sans se poser toutes les autres questions. Et finalement ça génère quoi ? De l'individualisme, de la fracture, ça génère des sentiments de division que nous vivons à tous les étages, que nous vivons au niveau européen, que nous vivons dans notre pays.

« Il faut renouer les fils d’une ambition collective »

Il faut combattre cela et renouer les fils d'une ambition collective, renouer les fils d'une société qui a envie de préparer son avenir. Les élus d'aujourd'hui, les générations qui vont arriver, ont nécessairement en tête d'autres schémas qui sont regardés quelquefois avec un peu de dédain. Souvenez-vous des débats qu'on a pu avoir sur les low tech ou les économies dites sociale et solidaire. Souvenons-nous des débats qu'on a eus au tout début des économies circulaires ou des sujets de l'environnement. Régulièrement on s'est dit que ces sujets devaient être traités en queue de peloton, comme quelque chose de nécessaire mais pas central.

« La quête de sens de notre société ne peut s'appuyer que sur une envie d'aller vers le bonheur »

Et puis, regardons nos jeunes, regardons la jeunesse qui nous interpelle en disant qu’ils souhaitent du bonheur, ils souhaitent une vie qui s'appuie sur une forme de travail en collectif, en collaboration, une envie de construire des projets y compris locaux. Cela doit nous interpeller et être intégré dans nos logiciels de réflexion. La quête de sens de notre société ne peut s'appuyer à un moment donné que sur une envie d'aller vers le bonheur. Le bonheur individuel, comme on est en train de le travailler dans notre société depuis l'après-guerre. Mais cela ne suffit pas parce que cette quête du bonheur individuel finalement oublie l'autre, oublie le collectif et à terme génère une destruction même de ce gain potentiel. L'ambition de renouer les fils et de proposer un sens, une quête de sens à cette société, c'est quelque chose d’indispensable. C'est, à mon sens, ce sur quoi nous devons travailler. Nous sommes dans le même bateau et nous devons travailler ensemble à une société plus juste, une société plus humaine, une société qui finalement est plus heureuse.

Loïg CHESNAIS-GIRARD

EN COMPLÉMENT :

 

Les vidéos des interventions du groupe lors de cette session sont disponibles sur notre chaîne Youtube