Intervention du texte d’orientation n° 2 au congrès fédéral du 17 mars 2018 à Crac’h (56)

 

Mes cher.e.s camarades,

 

Le 15 mars, nous avons, vous avez voté ! Après une campagne interne dense dans la fédération, nous avons et vous avez exercé votre choix.

Je voudrais tout d’abord vous exprimer et à l’ensemble des militantes et des militants de la fédération des remerciements de l’ensemble des soutiens du texte d’orientation n°2 dans le Morbihan.

Remerciements pour la qualité des débats dans les AG de section et fédérale.

Remerciements aux membres de la commission d’organisation du congrès et à sa présidente sur la manière dont ont été organisé les différentes étapes du congrès.

Remerciements à Véronique et Olivier et leur dire combien leur présence et leur travail sont essentiels pour le fonctionnement de la fédération et en particulier dans les moments de congrès ou d’élection. Merci de leur engagement.

Je tenais également à saluer et remercier nos camarades mandataires et /ou représentants des différents textes d’orientation pour le bon déroulement de nos débats et nos échanges.

Enfin merci aux camarades qui se sont investis dans la campagne pour le texte d’orientation n°2 porté par Stéphane et merci aux adhérents qui y ont et lui ont apporté leurs suffrages le plaçant en 2è position avec 40,45 % des voix dans notre fédération.

Les socialistes dans le Morbihan et dans toutes les fédérations ont été au rendez-vous de ce moment démocratique qui a permis de faire la démonstration à nos concitoyen.ne.s que le parti socialiste n’était pas un astre mort même si il brillait moins depuis quelques mois.

Car dans le contexte de pouvoirs verticaux, du déni de l’existence de parti où les mots, débats et idéaux, ont un sens, nous avons fait la démonstration que le parti socialiste existait dans les territoires et était composé d’hommes et de femmes engagé.e.s, qui n’hésitaient pas à affirmer leur appartenance à un parti politique et que notre organisation n’avait rien d’un mouvement ringard appartenant à un monde ancien. Nous sommes bien le monde réel et ancré dans la société qui compose notre République et ses territoires.

Oui, mes cher.e.s camarades, nous existons et nous venons de l’affirmer.

A l’issue du scrutin de jeudi soir, nationalement une majorité de militant.e.s se sont exprimé.e.s en faveur du texte d’orientation n° 3 porté par Olivier Faure.

Stéphane Le Foll dont le texte est arrivé en 2nde position a dès vendredi matin acté de ce résultat et compte tenu des voix obtenues, au nom du rassemblement de la famille socialiste, il a annoncé avec lucidité et dignité ne pas se présenter le 29 mars.

Ses soutiens dans le Morbihan saluent sa décision et entendent bien qu’il demeure dans les instances nationales du parti pour apporter sa contribution à la nécessaire reconstruction du parti.

Il revient désormais à Olivier Faure, la responsabilité d’assurer ce rassemblement dans l’écoute et la prise en compte des voix différentes qui pourraient s’exprimer et venir apporter leur contribution à l’écriture d’une nouvelle histoire du parti.

Il reviendra donc dans quelques jours à Olivier Faure la responsabilité d’assumer et d’incarner la direction du parti. Le temps qui nous reste avant les prochaines échéances électorales est court, ne nous perdons donc pas dans d’inutiles débats et qu’Olivier Faure organise très vite les conditions du rassemblement et de la reconstruction.

Mais ce premier de temps de congrès, si, il nous revigore, ne doit pas occulter qu’il nous donne des signaux d’alerte que nous ne devons pas négliger.

La participation électorale à ce premier rendez-vous n’a pas été des plus massives. La future direction nationale devra s’atteler à redonner confiance et espoir à celles et ceux de nos camarades qui sont restés encore éloigné.e.s des débats engagés depuis la refondation de l’automne dernier.

Dans notre fédération, seulement 37,13% des adhérents sont venus voter. Cela doit nous interroger, pourquoi près de deux tiers de nos adhérent.e.s sont-ils ou sont-elles dormant.e.s ou absent.e.s ?

Il est nécessaire de s’adresser à eux et à elles dans les semaines à venir et de les mobiliser pour les prochains temps du congrès mais aussi pour qu’ils et qu’elles puissent participer à la reconstruction du parti avec confiance.

Sans nos adhérent.e.s, pas d’avenir. Le nouveau conseil fédéral devra en faire sa principale priorité. Comme il devra aussi s’atteler à la tâche pour faire venir vers nous de nouveaux concitoyen.ne.s.

Pour cela, nous devons impérativement créer des espaces de débats d’idées, nous ouvrir à d’autres forces qui composent le paysage social et sociétal de notre département.

Parallèlement, nous devons renforcer le lien entre le parti et ses élu.e.s socialistes. C’est bien par cette relation permanente que nous serons en capacité demain de préparer les conquêtes et les victoires que nous avons déjà connues. Cette condition fait partie du mandat qui devra être porté par le nouveau conseil fédéral.

Le fonctionnement de notre fédération devra également être interrogé. Près d’un tiers des militant.e.s ayant voté jeudi soir se sont abstenu.e.s sur le rapport d’activité fédéral. Manifestement ils et elles ne l’ont pas lu avant le vote ou ne l’ont pas eu compte-tenu des délais de sa publication. Nous devons nous organiser pour que les militant.e.s aient une véritable connaissance de l’activité de leur fédération. Et quant au rapport national d’activité c’est pire !

Donnons-nous les moyens que les militant.e.s s’approprient la vie du parti et s’y engagent davantage. C’est comme le soulignait Stéphane Le Foll dans son texte « cher.e.s camarades », la nécessité de retrouver l’esprit de camaraderie et de penser le militant ou la militante comme l’expert ou l’experte du parti. Là encore, le nouveau conseil fédéral devra se saisir de cette question.

Il en est de même pour la formation, plus de militantisme actif passe par plus de formation et celle-ci devra être une priorité du conseil fédéral. Le parti doit retrouver son rôle d’Education Populaire.

Concernant les résultats des votes sur les textes d’orientation dans notre fédération, si le texte n°3 est devant avec une courte majorité au-dessus de 50%, les militantes et les militants ont porté 40,45 % de leurs votes pour le texte n°2 et 8,19% de leurs votes pour le texte n°4.

Si les instances du parti tiendront évidemment compte de ce résultat dans la répartition des sièges, l’expression de l’ensemble des militant.e.s représenté par les différents textes devra aussi tenir compte de cette diversité. C’est à ces conditions que le rassemblement sera possible dans la fédération pour affronter et surmonter les défis que j’ai énuméré plus tôt dans mon propos.

En particulier la mise en place du bureau fédéral, depuis longtemps absent de nos instances, est une des conditions de la réussite du rassemblement.

Sans remettre en question lors des travaux de ce congrès, la structuration et la taille de nos instances, il nous semble indispensable que le nouveau bureau fédéral et le conseil fédéral se penchent sur nos statuts. Les difficultés à obtenir le nombre suffisant de délégué.e.s à ce congrès conformément au nombre de votants et à nos règles, doivent nous interroger sur la pertinence de celles-ci en tout cas dans la situation où nous nous trouvons.

Enfin, les soutiens du texte d’orientation n°2 attendent des nouvelles instances fédérales, qu’elles prennent sans tarder la mesure de notre situation financière. Il en va de nos capacités à faire fonctionner la fédération et ses sections. Il en va également de la capacité de la fédération à retrouver sa place de force politique majeure de la gauche morbihannaise.

Ce congrès s’inscrit donc dans dans un contexte particulier, celui d’affronter, enfin, presque une année après nos lourdes défaites électorales, la complexité et la fragilité politique et financière dans laquelle nous sommes. Il faut regarder avec objectivité et lucidité cette situation et l’affronter d’une manière sereine et objective. Ne ratons pas ce rendez-vous collectif, il en va de l’avenir de notre organisation politique et de la place centrale que nous entendons jouer à nouveau nationalement et localement au sein des forces de gauche progressistes de notre République.

 
Au nom des militantes et des militants socialistes
soutiens au texte d’orientation n°2 porté par Stéphane Le Foll,
Odette Herviaux et Bruno Jaouen, mandataires départementaux de Stéphane Le Foll