La Pêche : Un enjeu social et environnemental

La politique commune de la pêche en Europe est financée grâce au fond structurel : Le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) qui représente 5,16 milliards d'euros dont 588 millions pour la France pour la période 2014-2020.

Actuellement, son travail repose sur 5 leviers :

  • Elle aide les pêcheurs à adopter des pratiques de pêche durables

  • Elle apporte un soutien à la conchyliculture 

  • Elle aide les populations côtières à diversifier leurs activités économiques

  • Elle finance des projets destinés à créer des emplois et à améliorer la qualité de vie le long du littoral européen

  • Elle facilite l'accès au financement.

Négociations du FEAMP sur fonds de Brexit

Le projet de budget 2021-2026 est en pleine élaboration et par conséquent le futur FEAMP, son enveloppe, sa politique. Avec l'incertitude du Brexit, le futur parlement européen aura un rôle fondamental à jouer.

L'Europe maritime est confrontée à de nouveaux défis, la pêche doit changer ses pratiques et préserver les ressources.

Ne nous voilons pas la face, le Brexit va rebattre les cartes, surtout pour la Manche. Nous sommes à l'aube de nouveaux conflits : conflit pour les droits de pêches, conflit pour la gestion des ressources.

La pêche est déjà sous tension et nous devrons nous attacher à adapter la politique commune de la pêche, avec comme principal objectif : maintenir les stocks de poissons à des niveaux supérieurs au rendement maximum durable, stock qui permet aux populations de poisson de se maintenir. Mais, en tant que socialistes, nous devons aussi garantir au pêcheurs une qualité de revenus suffisante, qui rende tenables les contraintes environnementales, comme le zéro rejet ou l'adaptation des engins de pêches, pour atteindre cet objectif premier de stock.

Les pêches : Un enjeu environnemental

Avec le Brexit, l'accès aux zones de pêche est menacé, et les ressources le sont également puisqu'elles dépendront du bon vouloir du gouvernement britannique. La pêcherie anglaise est exportatrice à plus de 90 %, principalement vers L’Europe et l'Asie. Les droits d'accès du poisson britannique au marché européen devront être un levier pour une discussion crédible sur une gestion durable, à la fois sociale et environnementale, de la pêche européenne. Le Fond Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche devra être revalorisé afin de permettre adapter les pratiques, quitte à ce que l'on travaille à une régionalisation des pratiques et des aides.

La tentation peut être grande de courir vers un réarmement des pêcheries pour aller plus loin et plus profond, mais il faut avant tout revenir à une pêche raisonnée et travailler à valoriser au mieux les pêches réalisées en faisant du « zéro rejet », qui ne doit pas être une contrainte mais plutôt un atout pour les pêcheurs. Soutenir la petite pêche, développer avec la profession de nouvelles manières de pêcher sont quelques unes des solutions ; elles ne seront possibles que si le budget du FEAMP est au pire maintenu et au mieux augmenté.

N'oublions pas que l'Europe a la plus grande façade maritime du monde, qu'elle doit être exemplaire dans la préservation des ressources.

Pierre Huonnic

En complément :

La dévalorisation du métier de pêcheur : un processus pernicieux, Article d'Agathe Le Gallic, Le Rappel n° 169