Le service public, ce n’est pas un concours de beauté !

Voici un extrait de l’intervention de Gaëlle Le Stradic lors de la dernière session départementale face à François Goulard.

« Avec votre obsession de la baisse d’impôts, on pourrait aussi concevoir, d’ailleurs, qu’on se prive de ressources. Ainsi côté chiffre : baisse d’impôts, (quasiment) pas d’emprunts…le tableau parait idyllique. Vous vous présentez comme un bon gestionnaire. Les indicateurs chiffrés vous confortent. Mais vous réduisez les politiques publiques, l’action politique, à une abstraction comptable, à une sorte de quête de l’élégance mathématique. Or, le service public ce n’est pas un concours de beauté ! Le service public c’est la matérialisation de l’intérêt général. C’est l’outil par lequel on forge les solidarités, grâce auquel on renforce la cohésion de la société et qui permet, finalement, de faire vivre la République.

Dans votre politique, vous avez fait le choix de vous adresser au seul contribuable, à ce que les économistes nomment dans leur jargon « l’homo economicus ». Nous avons toujours préféré nous adresser aux citoyennes et aux citoyens, c’est à dire nous adresser aux personnes en prenant en compte toutes les facettes de leur vie. Autrement dit intégrer le fait que les gens sont aussi potentiellement des personnes aidantes accompagnant un proche en situation de handicap ou un parent nécessitant une aide médicalisée par exemple. Qu’ils peuvent être également des jeunes dont la situation familiale implique un accompagnement de la puissance publique pour que l’égalité des chances, dont beaucoup se gargarisent, ne soit pas qu’une formule et le principe méritocratique un simple alibi pour la reproduction sociale.

Pour s’occuper efficacement de tous ces sujets, il n’y a pas de secret, cela demande une véritable ambition sociale et donc une traduction budgétaire. Si vous êtes gestionnaire, êtes-vous visionnaire ? Car si l’administration doit gérer, le politique doit tracer le cap. Proposez-vous donc aux Morbihannais les meilleurs services ? En ont-ils pour leur argent ? Rien n’est moins sûr...

Stop à l’autosatisfaction, le Morbihan fait moins bien que ses voisins

Sur chacun de nos cantons, et j’imagine que ce n’est pas spécifique à nos 4 cantons, nous constatons une dégradation de la qualité des services public, un éloignement des services et de la population, des remontées de terrain inquiétantes.

Où est la bonne gestion quand de nombreux acteurs notamment associatifs que nous voyons sur le terrain sont découragés et parfois en grande précarité ?

Où est la bonne gestion quand les collèges publics sont en difficultés et que les Conseils d’administration ne votent pas le budget ? quand les enseignants n’ont pas le matériel numérique requis ?

Où est la bonne gestion quand on voit la situation de nombreux EHPAD ?

Où est la bonne gestion quand on accorde 1 million d’euros pour Notre-Dame, alors que des projets Morbihannais relatifs au patrimoine ont des difficultés ?

Où est la bonne gestion quand on supprime plus de 400 000€ à notre Université publique et de proximité ? »

Gaëlle LE STRADIC

En complément :