SUR LE PROJET BRETAGNE À TRÈS HAUT DÉBIT :

Loïg Chesnais-Girard réagit aux propos de M. Sallier Dupin (LR)


« Monsieur Sallier-Dupin polémique, divise, détourne les chiffres et, au final, ne fait aucune proposition. Ce n’est pas ma façon de faire de la politique » tient à affirmer Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional, en réaction aux propos tenus par Stéphane de Sallier Dupin, Conseiller régional LR, dans les colonnes du Télégramme paru ce jour.

« La Bretagne est-elle en retard ? Non, et il faut arrêter de mélanger la question du déploiement de la fibre avec la question de l’accès à internet : aujourd’hui, 79% des Bretons ont une connexion de plus de 8 Mb/s, ce qui leur permet d’accéder à Internet, le téléphone et la télévision, via des offres triple play. Pour ce qui est du déploiement de la fibre, un projet d’infrastructures tel que Bretagne à très haut débit nécessite de la constance et, donc, du courage politique, insiste Loïg Chesnais-Girard, par ailleurs Président de Mégalis Bretagne, syndicat mixte en charge de cet ambitieux chantier sur le territoire. Un engagement de cette envergure ne peut s’accommoder de polémiques et de changements de cap, au gré des modes ».

Le choix d’une technologie pérenne, la fibre, et d’un réseau public, propriété des collectivités

« Le choix de la fibre optique est le seul qui permettra de garantir, à terme, l’égalité entre les territoires et c’est le seul choix technologique qui donnera de l’avance à la Bretagne dans la compétition numérique mondiale. Toutes les autres technologies, qui peuvent avoir un intérêt temporaire, seront rapidement dépassées. Le choix de l’investissement public dans la fibre est par ailleurs soutenu par l’ensemble des intercommunalités, les Départements, la Région, l’Etat et l’Europe. Le choix d’un réseau public, propriété des collectivités bretonnes, permet sa maîtrise, sa commercialisation et donc les recettes qui vont avec. Sans ce choix, seules les grandes villes auraient été fibrées. Enfin, le choix du phasage est collectif. Contrairement à ce que dit ou sous-entend Monsieur Sallier Dupin, il n’a pas été décidé arbitrairement, il y a 5 ans, mais fait l’objet de discussions, phase par phase, entre les élus des collectivités concernées. Et je veux, à ce titre, remercier le courage politique des élus des territoires qui font ces choix car je connais l’engagement qu’ils représentent.

Fracture numérique largement réduite dans les territoires à horizon 2022

En 2022, 95% des Bretons auront une connexion supérieure à 8 Mb/S et 70% seront fibrés, disposant ainsi d’un débit à plus de 100 Mb/s. Si le Gouvernement est prêt à mettre des moyens supplémentaires pour atteindre les 100% dès 2022, et que c’est humainement et matériellement faisable, nous le ferons. Sur ce dossier, nul problème de moyens financiers, nous sommes face à un enjeu de capacités techniques et humaines à faire, à construire un réseau pour toute la Bretagne.

Les difficultés du déploiement ont été parfaitement ciblées et ont fait l’objet de décisions que Monsieur Sallier Dupin connaît bien. J’ai notamment fait des propositions d’amendements au Parlement pour que le déploiement de la fibre soit considéré comme aussi vital que l’eau ou l’électricité et pour faciliter ainsi le bon déroulement des travaux ». « Année après année, la fracture numérique se réduira dans tous les territoires pour finalement être totalement annihilée, assure le Président de Région. Monsieur Sallier Dupin devrait s’engager pleinement dans cette cause plutôt que dans de vaines polémiques qui font parler mais qui ne font
rien pour accélérer le déploiement de l’infrastructure ».

Publié dans Actualités, Bretagne, Communiqués de presse, Décryptages et avec comme mots clés , , , , .