OUEST FRANCE / #EUROPÉENNES 2019 : Point presse de Gabrielle SIRY et de Maxime PICARD

À quatre mois des élections européennes, la gauche reste divisée. Le Parti socialiste ne parvient à faire l’union. Dans ses rangs, des jeunes cadres n’hésitent pas à pointer du doigt « les querelles d’ego, de personnes, de boutiquiers » et réclament de nouveaux visages parmi les candidats.

Sans liste ni candidats, le Parti socialiste cherche des alliés pour les élections européennes. Actuellement, près de six listes se présenteraient en ordre dispersé, avec le risque de ne pas franchir la barre des 5 % des suffrages et de n’avoir aucun député au Parlement européen. Ségolène Royal a jeté l’éponge, faute de convaincre Benoît Hamon et Yannick Jadot de la rejoindre au sein d’une grande liste de gauche.

Candidats à la candidature

De passage à Rennes, deux responsables veulent pourtant rester confiants. Maxime Picard, premier secrétaire fédéral du Morbihan, siège également dans la commission électorale du parti. Gabrielle Siry, porte-parole nationale, est candidate à la candidature pour les européennes. Tout comme Béatrice Hakni-Robin et Christophe Fouillère en Ille-et-Vilaine.

Tous les deux se désolent face à la multiplicité des listes à gauche. « Le PS appelle à l’union de la gauche depuis plusieurs mois, mais il se heurte à des querelles d’ego, de personnes, de boutiquiers. Tout cela, ce sont des divisions artificielles. Nous payons les erreurs des élus des générations passées, il faut passer à la génération suivante » , assurent les deux jeunes cadres, qui incarnent la relève socialiste.

« Il faut de nouveaux visages »

Dans les rangs du PS, seuls quatre eurodéputés sortants ont annoncé leur intention de briguer un nouveau mandat. « Il faut de nouveaux visages, il faut aussi que le PS fasse son examen de conscience avec un nouveau discours, davantage axé sur la transition énergétique, la justice sociale et fiscale » , ajoutent-ils, conscients que le mouvement des Gilets jaunes a fait émerger de nouvelles attentes dans la population.

Le PS n’a pas encore bouclé sa liste pour les européennes, « car il reste ouvert à une liste d’union » , veut encore croire Maxime Picard. L’échéance est fixée au 2 février. Dans la foulée, le Conseil national se réunira et les candidats seront soumis au vote des militants.

Olivier Faure tête de liste ?

« Le parti est prêt à se mettre en ordre de marche » , assure Gabrielle Siry. Dès février, des formations auront lieu dans toutes les fédérations à travers l’hexagone, pour former plus de 500 animateurs de campagne. Olivier Faure, le premier secrétaire, n’exclut pas de mener lui-même la liste PS aux européennes.

Article publié le 14 janvier sur :

Vous pouvez partager via :
20
Publié dans Actualité des territoires, Actualités, Décryptages, Européennes 2019, Parti Socialiste et avec comme mots clés , , .