« ÊTRE SOCIALISTE »

 

L'ampleur de l'échec électoral impose la refondation de l'organisation et de son idéologie.

Le cycle d'Épinay (1971) s'est achevé.

La structure  - siège national / fédérations / sections - ne correspond plus aux (éventuelles) attentes de l'opinion publique de Gauche.

Une plus grande autonomie est nécessaire avec des décisions prises dans la proximité comme le rôle actif de certaines associations. Un nouveau député a dit qu'il fallait être « à portée de gifle » et peut être, aussi , de «caresse ».

En s'investissant d'avantage dans des associations, les militant(e)s pourraient favoriser le retour d'une majorité culturelle, puis politique en France et en Europe, et développer d'autres projets de réformes sociétales.

La question fondamentale à se poser : qu'est ce qu'être socialiste aujourd'hui ?
Par intermittence nous venons de vivre 4 quinquennats de Gauche depuis 1981. Il faut analyser les causes de nos échecs.

Le congrès d' « UNITÉ DES SOCIALISTES » à Épinay (93) était l'aboutissement de plus d'une décennie de débats, de réflexions, propositions dans de nombreux « clubs », organisations. Une nouvelle génération s'était forgée dans les combats contre le colonialisme et, aussi, pour le féminisme. La prise de conscience de la question sociale n'a surgit qu'après.

Actuellement existent : L'OURS, LA FONDATION JEAN JAURÈS, TERRA NOVA, la MOVIDA, C'EST DEMAIN, voire les GRACQUES, et d'autres. Autant de cadres pour la réflexion collective, autant de propositions. Car il s'agit bien d'élaborer un nouveau projet pragmatique. Comment utiliser les réseaux sociaux ? De plus nous sommes dans une économie numérique et dans un Monde globalisé. Nous devons donc adapter nos réponses à des situations aussi changeantes qu'imprévisibles.

Sur le plan politique nous nous situons dans le champ social-démocrate. Avec d'autres nations d'Europe, entre le Gauchisme et le social-libéralisme. Notre socialisme a - en plus - un objectif de transformation sociale par l'éducation, la formation professionnelle, le développement culturel, la prise de conscience écologique, une fiscalité plus équitable.

Le « Peuple de Gauche » n'a pas disparu après les échecs électoraux successifs, il revient aux socialistes de donner l'espoir d'une société plus juste en portant au niveau de l'U.E., la sécurité, une défense, une fiscalité et un droit social communs.

Après un retour aux sources de la pensée socialiste, inventer le socialisme du 21ème siècle avec au cœur : l'humain.

Tribune Libre de Claude SAADA - Le Rappel du Morbihan
(Morbihan)

Publié dans Actualités, Décryptages, France, Parti Socialiste et avec comme mots clés , .