Un bilan de mi-mandat offensif et constructif

Nos élus au conseil départemental, au nombre de 8, ont présenté leur bilan de mi-mandat à travers une petite brochure pédagogique. Ils y développent leur méthode d’opposition constructive.

Dénonçant la politique conservatrice et à courte vue menée par François Goulard, ils réussissent à l’illustrer de manière probante.

Ainsi, ils pointent la suppression de 5 millions d’euros d’aide aux associations morbihannaises depuis 2015 ou alors le fait que le niveau de dépenses sociales est le plus bas de Bretagne alors que sa marge financière est plus que confortable.

Quand les conseils départementaux des Côtes d’Armor, du Finistère et d’Ille et Vilaine dépensent respectivement 530 euros, 581 euros et 566 euros en matière d’aides sociales par habitant, le conseil départemental du Morbihan se contente du minimum légal avec 505 euros.

Est ainsi souligné de manière très parlante la différence entre un conseil départemental de droite et des conseils départementaux de gauche.

Nos conseillers départementaux critiquent aussi une majorité obnubilée par la gestion financière au point d’en oublier l’aménagement du territoire, ce qui se traduit par une fracture territoriale qui ne cesse de s'accroître entre le nord et le sud et entre les territoires urbains et ruraux. 

Nos conseillers départementaux n’oublient pas non plus de pointer le sens du ridicule qui peut parfois frapper le président du conseil départemental, comme lorsqu’il souligna le caractère contre-productif des campagnes de publicité de la région Bretagne en faveur du tourisme et que quelques mois plus tard celle-ci fut récompensée pour la qualité et la créativité de sa campagne de communication. En outre, si pour s’opposer il faut critiquer, pour bien s’opposer il faut aussi savoir proposer.

Et nos élus ne manquent pas de nous faire part des démarches qui furent les leurs, notamment en recommandant que le conseil départemental aide le secteur des pêches et de l’agriculture ou qu’il s’engage véritablement dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.

Enfin, nos élus précisent aussi ce que fut leur apport via 3 actions concrètes réalisées dans les cantons qu’ils représentent. Pour découvrir tout cela, il ne vous reste plus qu'à vous plonger dans la lecture de leur fascicule !