Un Conseil départemental qui néglige l’action sociale

Voici un extrait du discours de politique générale prononcé par Gaëlle Le Stradic lors de la dernière session départementale.

Le Morbihan est toujours un territoire attractif, en témoigne le tourisme ou la dynamique immobilière. Il en découle des recettes fiscales importantes : 10 millions de plus. Et nous savons pertinemment que cela ne s’arrêtera pas en si bon chemin et que fin 2019, nous devrions atteindre les 125 millions de DMTO.

Le Département dispose de grandes marges financières

Je vais me reconvertir dans la voyance car lors de l’examen du budget 2019, alors que vous prévoyez à ce poste 95 millions de recettes je vous notifiais déjà que cela nous paraissait très largement sous-estimé. 30 millions € de différences entre le prévisionnel et le réalisé. Si la prudence est entendable, je crois que vous avez fait là preuve de frilosité ou alors est-ce une stratégie pour ne pas mettre en face des projets ambitieux. Car c’est bien ce qu’il faut comprendre : ces ressources n’ont pas été mises au service des Morbihannais.

Vous allez me répondre que nous sommes contraints par la règle de 1,2% de hausse de dépenses de fonctionnement imposée par l’Etat. Ce même Etat, je vous l’accorde qui prône la différenciation territoriale et qui ne permet pas aux départements qui le peuvent, et nous faisons partie de cette catégorie, d’engager les dépenses souhaitées.

Pour revenir à la règle de 1,2%, nous avons une petite bataille de chiffres : vous n’avez jamais voulu nous transmettre un document fixant la trajectoire depuis 2017, comme l’ont fait de nombreuses collectivités avec leurs élus.

Les Morbihannais se rendraient vite compte que près de 20 millions d’euros auraient pu améliorer le fonctionnement des services et donc le quotidien de nos concitoyens. Cela sans augmenter les impôts, en respectant la règle des 1,2%, et en conservant une faible dette.

Ces choix politiques que vous faîtes, il faut que les Morbihannais mesurent concrètement ce que cela signifie.

Un sous-engagement du Département en matière sociale

Nous nous sommes souvent étonnés de la part budgétaire consacrée par le Morbihan à l’action sociale, très en dessous de ce que les autres départements bretons investissaient dans cette rubrique. Une explication se trouve peut-être dans le rapport de la chambre régionale des comptes de Bretagne concernant la Maison départementale de l’autonomie, c’est-à-dire l’organisme gérant les situations de handicap. Je relèverai un point précis : comment expliquez-vous que nos dépenses pour la prestation de compensation du handicap (PCH) par enfant de moins de 20 ans (page 84), soient 3 fois inférieures au Finistère ?

Je me souviens encore vous entendre dire que, concernant la situation des personnes handicapées, le budget était illimité. Si déjà nous pouvions rattraper notre retard ce serait bien.

D’autres domaines demanderaient une intervention forte de notre département : les violences faites aux femmes, la situation des personnes sans abri, l’inclusion numérique et l’accès aux droits.

Comment faire en sorte que nos services aillent au plus proche des habitants ?

Ce qui est certain, c’est que nous souhaitons prendre davantage part aux réflexions sur ces transformations à venir et faire de cet hémicycle un véritable lieu de débats.

Gaëlle Le Stradic

En complément :

 

 

 

Discours du groupe de gauche à la session d'automne

Site Web | + Articles associés

Conseillère départementale - Porte parole du groupe

+ Articles associés

Journal de la fédération du Parti Socialiste