Un nouveau défi urbain : la végétalisation des façades

Pour lutter contre le changement climatique, une solution architecturale se développe dans nos villes : la végétalisation des façades. Le principe est simple, il s'agit d'un système de culture qui permet aux végétaux de croître sur des façades verticales. De par un assemblage de plusieurs matériaux superposés les uns aux autres : structures en acier et en inox, du feutre, du substrat et un système irriguant la flore (de préférence économe et autonome), les plantes n'ont plus qu'à parcourir le mur afin de le recouvrir.... Il existe différentes déclinaisons selon le type de pratique, de temps à accorder au dispositif et de surface disponible.

Des dispositifs multiples

Les murs végétaux qui demandent un entretien moindre. Les plantes utilisées sont choisies en fonction de la l'exposition et du climat local. Les jardins ou potagers verticaux. Avec la même philosophie que les murs végétaux, ils peuvent devenir un lieu de création, voir de productions et de récoltes. Les végétaux utilisés demandent de l' attention et un entretien régulier. Les panneaux végétaux.Installés sur un panneau, des pots de mousse, ils sont maintenus par une structure d'acier de quelques m2. La mousse permet de purifier l'air grâce à la photosynthèse. Un panneau de 12 m2 de mousse absorbe autant de gaz et de poussière que 275 arbres sur 50 m2. Enfin, le mobilier urbain végétalisé. Pour pallier aux manque d'arbres et donc de photosynthèse dans nos villes, le mobilier urbain comme les poteaux électriques, les lampadaires, les abribus peuvent servir de support pour de nombreuses plantes grimpantes. 

Un dispositif écologique aux nombreux avantages

Sans insister sur l'amélioration du cadre de vie, les murs pouvant devenir de véritables œuvre d'art, la présence du végétal dans nos villes est un véritable enjeu écologique. La végétalisation des façades permet tout d'abord de restaurer la biodiversité perdue dans tout ce béton. Le mur se transforme en lieu d'accueil permettant le repos, le nourrissage, la reproduction de la faune. Ils permettront la restauration de réseaux de corridors biologiques. Il participe à la rétention des eaux pluviales limitant ainsi les risques d’inondations. Il lutte contre la formation des «îlots de chaleur» en rafraîchissant et en humidifiant l'air au cœur de la ville. Les particules en suspension et les substances polluantes sont absorbées, améliorant la qualité de l'air. Enfin, un mur végétalisé isole phonétiquement et thermiquement un bâtiment, le protège des effets de la pollution urbaine.

Il nous appartient de porter ces solutions afin de lutter concrètement contre le réchauffement climatique, contre le déclin de notre biodiversité, contre la pollution et ses conséquences pour l'homme et l'environnement, contre les catastrophes naturelles. A nous, Parti Social Écologie de nous emparer de cette lutte pour la transformer en une opportunité de transition vers une société responsable

Sophie Hanss

 

Pour aller plus loin :

→ Les murs végétalisés font-ils baisser la température en ville ?, Science et Vie, Juillet 2018

→ Mur végétal : Tous les systèmes pour faire un jardin vertical, Blog les jardins de Babylone

→ DÉVELOPPEMENT DURABLE ET VILLES MOYENNES, Note de Benoît Calatayud pour la Fondation Jean Jaurès 

→ Gironde: Un bitume à base d'émulsions végétales testé sur une route départementale, 20 minutes, 4 juillet 2018