VANNES : “Sécurité : un an avant les élections, le maire-candidat se réveille !”

Communiqué de presse - 15 mars 2019

Depuis 2014, nous avons très régulièrement interpellé le Maire (commissions, conseils municipaux, lettres ouvertes…) sur la nécessité de doter notre ville d’un dispositif global et ambitieux pour garantir la sécurité et prévenir la délinquance dans tous les quartiers alors que le dernier contrat local de sécurité était arrivé à échéance en 2009. 

À l’exception de l’armement des policiers municipaux et des caméras de vidéosurveillance qui ne sont que des outils, à la condition d’avoir une vision d’ensemble et à long terme structurellement absente à Vannes, rien ne s’est passé pendant dix ans, contribuant à ce que des phénomènes lourds de conséquences s’enkystent dans nos quartiers. Et un an avant les élections municipales, le maire-candidat se réveille ! Qui plus est avec un schéma local de sécurité et de prévention de la délinquance qui ne prend pas suffisamment en compte l’ampleur des problèmes rencontrés par notre ville, qui ne propose pas les moyens adéquats et qui ne mobilise pas tous les acteurs concernés, notamment associatifs. Pour nous, la sécurité et la tranquillité publique des Vannetais sont des sujets beaucoup trop graves pour en faire des objets électoraux bien identifiés.

Depuis le début du mandat, les tensions urbaines, les actes de délinquance et les incivilités se sont multipliés sur fond de croissance des trafics de stupéfiants. Pourtant, pendant cinq ans, David Robo a fait la sourde oreille à nos demandes répétées de relancer une contractualisation avec l’État, d’améliorer la coordination entre la police municipale et la police nationale, de renforcer la présence humaine par un îlotage quotidien, seul moyen de reconquérir l’espace public. 

Bien évidemment, on ne peut que se réjouir de voir des patrouilles communes dans le parc de Kérizac mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps et pourquoi pendant une semaine seulement alors que le combat contre les trafics et les incivilités est un combat de tous les jours ? Nous connaissons l’attachement du maire-candidat aux coups de communication mais la sécurité des Vannetais mérite mieux ! Les postes de police à Ménimur et Kercado vont-ils enfin être ouverts tous les jours avec des permanences de la police nationale ou municipale, comme l’attendent les habitants ? Et pourquoi le candidat-maire refuse-t-il encore et toujours de communiquer la convention de coordination police nationale/police municipale signée le 1erjuin 2015 ?

Il s’avère évident depuis de nombreux mois que la police nationale est largement sous-dotée en personnels de terrain. L’État doit enfin prendre conscience de la dégradation significative de la situation à Vannes et nous réitérons notre demande d’augmenter les effectifs opérationnels du commissariat. Concernant la police municipale, il y a certes eu quelques recrutements mais les effectifs demeurent très nettement insuffisants au regard des besoins, notamment pour garantir une présence continue à Ménimur et Kercado, qui aurait dû être la priorité du mandat qui s’achève.

Pour “L’ALTERNANCE”

Simon UZENAT – Christian LE MOIGNE – Micheline RAKOTONIRINA – Franck POIRIER – Roland FAUVIN

Vous pouvez partager via :
error20
Publié dans Actualité des territoires, Morbihan et avec comme mots clés , .