La vérité est ailleurs ? Petit dialogue autour du complot

Parodie de Une du Point (DR)

Florent et Sylvain se rencontrent au hasard d’une rue locale sans s’être vu depuis un long moment. Après les politesses d’usage, ils discutent des questions du moment.

Florent : Quelle est ton activité en ce moment ?

Sylvain : Je rédige une intervention dont le thème est «Je n’ai pas de vérité, je n’ai que des convictions». Citation de Jean Rostand.

: Il était biologiste, essayiste et académicien.

S : Absolument ! Il rejetait la vérité unique et ne concevait que les certitudes de la démonstration scientifique.

: Aucune vérité ?

S : Non et je le rejoins. La vérité est le fruit de nos perceptions et l’espace d’un instant. Or, il y a beaucoup de perceptions et tout autant d’instants.

: Il ne croyait donc en rien ?

S : Au contraire. Il croyait à la réalité des faits démontrés. Il refusait La vérité unique et révélée. C’est pour cela qu’il préférait les convictions parce qu’elles sont argumentées.

: Les fake news (infox, ndlr) et la théorie du complot sont aussi argumentées.

S : C’est juste. Toutefois, les fake news sont des assertions et la théorie du complot est un argumentaire falsifié.

: Les fake news seraient une autre vérité ? La théorie du complot serait la conviction argumentée d’autrui ?

S : C’est le drame. Les fake news sont souvent creuses, grossières et ponctuelles ; juste le temps d’une désinformation. La croyance au complot est plus ancrée, plus construite et s’installe dans les esprits et le temps.

: Et cela a beaucoup d’impact à l’ère du digital.

S : C’est pourquoi il s’agit d’un réel danger. C’est un détournement, viral, de nos consciences et de nos intelligences.

J’ai constaté, récemment, que certain.e.s femmes et hommes politiques assumaient de plus en plus fake news et complot. Pire, ils semblent vouloir les justifier et les autorisés au nom de la liberté d’expression.

S : L’information est décomplexée. On connaissait cela avec les lobbyistes et leurs éléments de langages. Cependant, le fait d’assumer l’information détournée et manipulée est très récent. Il y a peu, il s’agissait, d’un aléa de la communication. Désormais la manipulation des masses est revendiquée comme une liberté fondamentale.

: En somme, pensez comme vous le souhaitez. Ma théorie est autre.

S : Ces théories sont d’autant plus séduisante que l’histoire regorge de complot et qu’il y a un besoin de bouc-émissaire. Umberto ECO, distingue le petit complot du complot universel. Le premier est une machination secrète qui se révèle dès le complot finalisé. L’assassinat de César ou bien la conjuration de Catalina seront dénoncés dès le lendemain. Et le grand complot mondialiste qui est une paranoïa subjective et collective.

: La prudence commanderait, alors, d’observer. Le vrai complot réussit, celui qui ne perse jamais est une affabulation entretenue.

S : C’est mon opinion. Je pense qu’il vaut mieux entretenir le doute que la vérité-conviction. Il n’y a rien de plus beau que la curiosité.

Sylvain LE MEUR

EN COMPLÉMENT :